La plateforme scientifique de Vertidiag

Vertidiag dispose d’une plateforme scientifique unique, associant modèles vivo (modèles rongeur de vestibulopathies périphériques) et vitro (cultures organotypiques d’épithélia sensoriels vestibulaires et de ganglion de Scarpa), à des approches fonctionnelles et histologiques. Cette double compétence permet à la fois de rechercher les preuves d’effet (POE) de composés pharmacologiques actifs sur le syndrome vertigineux, et d’en identifier les sites d’action et mécanismes d’effet (MOE).

Ces méthodes et modèles d’étude sont issus de l’équipe académique fondatrice de Vertidiag. Ces approches ont permis de découvrir plusieurs mécanismes biologiques impliquées dans les vestibulopathies périphériques et qui pour certains, contribuent au processus endogène de compensation.

C’est le cas par exemple de la surexpression des canaux potassiques SK (Tighilet et al. 2019) et du phénomène de neurogenèse réactionnelle (Tighilet et Chabbert 2019) qui se produisent au niveau des noyaux vestibulaires déafférentés, ou encore du processus de réparation synaptique spontanées (Cassel et al. 2019) qui se produit au sein des organes vestibulaires de l’oreille interne endommagés.

Ces connaissances sont un atout déterminant pour développer des candidats médicaments efficaces et dérisqués, présentant des mécanismes d’effet ciblés et sans effet secondaires. La priorité de Vertidiag est aujourd’hui sur le repositionnement de molécules déjà sur le marché afin de réduire les durées et courts de développement.